Designers : mêlez-vous de ce qui ne vous regarde pas

Faisons-nous réellement un travail aussi ingrat que l’on peut parfois le lire ? Je suis parfois fatigué de lire sur twitter, facebook et sur les blogs, chaque jour, des statuts de graphistes et webdesigners qui se plaignent de l’attitude de leurs clients (moi le premier fut un temps).

« Ils n’y connaissent rien ! », « Cette demande est totalement débile ! », « Encore un client qui croit tout savoir sur tout ! », bref, nous avons tous utilisé un tas d’expressions traduisant un certain sentiment d’exaspération. Mais avons-nous oublié à quel point il est important d’expliquer notre métier ? de le vulgariser ?

Nous ne sommes pas des surhommes, mais des techniciens. Ce n’est pas parce que nous connaissons le web que nous devons nous comporter avec arrogance avec nos collaborateurs (l’arrogance est un attribut qui revient souvent dans la bouche de ceux qui travaillent avec les webdesigners lorsqu'ils en parlent). J’ai moi-même été qualifié « d’arrogant », alors que je n’en avais pas du tout l’impression. Je me considérais tout simplement compétent, et ce qui était en fait un manque de vulgarisation de l’information passait pour de l’arrogance.

Moi aussi, j’ai souvent travaillé avec des clients qui me fournissaient des cahiers des charges remplis de zonings tout prêts. J’ai donc souvent reçu sur ma table des cahiers des charges et briefs rédigés par des commerciaux, chefs de projet, chefs d’entreprise ou responsables divers qui n’avaient aucune notion d’ergonomie, de rythme vertical, de polices compatibles pour le web ou de résolution d’écran. Je me suis ainsi retrouvé à devoir travailler sur des projets dont je n’avais pas forcément connaissance des tenants et aboutissants. Et je me retrouvais donc souvent à maquetter des pages à la construction improbable, sans aucune notion d’ergonomie. Pourtant le cahier des charges était validé, signé, contractualisé. Hors de question de retourner en arrière. Je rongeais donc mon frein pendant des semaines sur un projet qui me motivait moyennement pour ses nombreuses incohérences structurelles et fonctionnelles.

Les briefs et cahiers des charges sont tous différents, pourtant mon métier est bel et bien un métier. Je ne suis pas un bidouilleur. Je suis un professionnel — je dirais même un artisan — avec un processus de fabrication, des méthodes, des croyances, des intuitions, un savoir-faire. Un savoir-faire en réalité méconnu. En fait, j’ai même le sentiment que les clients ne connaissent pas précisément en quoi consiste notre métier. Ils sont pourtant en droit de se poser des questions : ce webdesigner va-t-il se comporter en artiste ? Celui-ci va-t-il savoir nous conseiller ? Celui-ci va-t-il être capable de réaliser précisément ce qu’on lui demande ? Ces questions qui restent sans réponse (car non posées par le client et pas assez anticipées par le designer) participent à un certain sentiment d’ingratitude, car ce sont souvent des réponses qui apparaissent dans le feu du projet, quand il est trop tard pour faire marche arrière.

C’est ce qui arrive lorsque, vous savez, votre client demande un tas de modifications que vous trouvez étranges sur vos maquettes. Ça nous est tous arrivé de réagir avec étonnement (quel bel euphémisme) devant une demande qui nous semblait « inutile », « incohérente », pour ne pas dire « débile » et de la traiter comme une véritable perte de temps.

En fait, les débuts d’une collaboration entre un webdesigner et un client restent souvent trop formels, alors que ces instants sont les plus décisifs (en agence ou pas) : le travail pédagogique fait souvent défaut. Selon moi, il devrait représenter 10 à 15 % du temps passé par un webdesigner sur un projet (du début, jusqu’à la fin).

Alors, dans la relation entre le client et son collaborateur « créatif », l’un est obsédé par le devis le plus bas possible, l’autre par l’envie de travailler sur un projet passionnant et de faire étalage de toutes ses compétences. À ce moment — je le répète — décisif de la collaboration, une trop petite minorité, je pense, n’assume pas assez sa qualité de conseiller, de pédagogue, de vulgarisateur, et même de « critique » : oui, nous avons le droit de dire que ce cahier des charges est pourri (avec les formes) ; oui, nous avons le droit de dire que ce projet peut partir droit dans le mur (avec les formes) ; oui, nous avons le droit de défendre notre travail, car nous sommes des professionnels. Pas forcément des experts (l’expertise vient avec l’expérience), mais de fins connaisseurs et de bons techniciens, capables de deviner ce qui peut pécher dans un projet, parfois même au niveau marketing ou commercial.

Alors vous allez me dire « oui, mais le cahier des charges est souvent validé ». Oui, je sais. C’est pourquoi je vous dis : mêlez-vous de ce qui ne vous regarde pas. Tout de suite. Dès le départ. Pour vous protéger, vous, et votre travail. Et même pour protéger le travail de vos confrères. Nous devons connaître le projet de la même manière qu’un psychologue essaie d’analyser son patient. Il faut parfois poser des questions sur un sujet a priori anodin pour obtenir des réponses en rapport avec une problématique qui vous concerne pourtant bel et bien ! Je suis surpris de constater que dans encore trop d’agences, le webdesigner ne participe pas à la réunion de prise de brief avec le client. Je suis également surpris de constater que les cahiers des charges arrivent souvent sans nous demander notre avis de webdesigner sur notre bureau. C’est comme si un ingénieur concevait une voiture sans même savoir si le technicien pouvait concrètement assembler les pièces du moteur. Nous, les webdesigners, sommes en quelque sorte trop dépendants du manque de compétence de nos clients sur leur vision de notre métier et ces derniers s’attribuent parfois des responsabilités qui devraient au départ nous incomber. Et, j’en suis convaincu, c’est de la faute à nous les webdesigners, qui passons plus de temps à nous retweeter des articles de smashing magazine qu’à éduquer ceux qui nous fournissent en projets qui devraient nous permettre de nous épanouir dans la pratique de notre métier.

Alors, dès le départ, mettez les choses au clair. Mettons les choses au clair, et devenons de véritables designers, au sens général de concepteur : intégrons-nous dans le processus de création des sites que nous concevons (dès la partie fonctionnelle) et n’hésitons pas à réviser une partie du cahier des charges si nous estimons qu’il est tout à fait possible d’améliorer telle partie ou tel zoning. Ce n’est pas facile à faire, je le consens, mais je suis convaincu que cela serait bénéfique à toutes les parties : le client, l’agence, et au final le webdesigner qui se sentira plus impliqué et motivé.

Dans l’agence dans laquelle je travaille depuis six mois, j’ai demandé à assister à toutes les réunions client importantes pour le déroulement des opérations.

Même celles où je n’avais potentiellement rien à dire (par exemple celles qui parlent d’argent). Croyez-moi, c’est tout sauf une perte de temps ! J’ai demandé à présenter moi-même ma démarche de travail. Depuis que je pratique cette méthode, les clients reviennent moins souvent sur mes maquettes qu’avant. En présentant en amont ma démarche, j’explique que tout ce qui sera conçu de mes mains sera argumenté et raisonné. Le client se sent rassuré, et il est sûr d’avoir affaire à un professionnel, qui connaît son métier. Alors bien sûr, cela vaut si vous êtes vous-même convaincu d’être un professionnel. Mais c’est un autre débat, débat qu’il serait par ailleurs intéressant de lancer, car trop de webdesigners francophones peinent à trouver leur légitimité dans ce secteur ultra-concurrentiel…

Pour faire en sorte que le client et mes collaborateurs continuent de croire que ma présence dès l’ébauche du projet est pertinente, sachez que je continue à améliorer cette démarche aujourd’hui. Elle n’est pas encore parfaite et je compte l’affiner encore plus en créant de véritables petits outils de communication internes et externes qui expliquent mon métier et mes compétences. Par exemple, en créant un mini comic strip mettant en parallèle les similitudes entre le travail d’un coiffeur et le travail d’un webdesigner (je suis preneur de toute idée à la fois ludique et intéressante par ailleurs). Je pense que le parallèle entre notre métier et un métier très connu est indispensable, afin de rendre la vulgarisation vraiment efficace. C’est un investissement personnel qui en vaut la peine, un investissement que devraient faire tous les webdesigners (freelances ou pas). Alors en attendant, je vous recommande — très — chaudement de consulter les ressources publiées par l’association des designers interactifs, et d’utiliser notamment le document traitant de la manière d’écrire un brief. Cela sera déjà un bon début. ;)

Mathieu Strabach

À propos de Mathieu Strabach

Mathieu Strabach est graphiste et web designer indépendant. Vous pouvez suivre Mathieu sur Twitter.

Vous pouvez partager cet article sur Facebook, Twitter ou Google+.

Faites un don pour soutenir l'association Les B-A des Satellites

L'association Les B-A des Satellites aide à offrir une école aux enfants de Niellé en Côte d'Ivoire.

Les fonds récoltés vont directement sur le compte PayPal de l'association. En cliquant sur le bouton « Faire un don » ci-dessus, vous allez être redirigé vers PayPal. Vous n'êtes pas obligés de créer un compte PayPal pour faire un don.

5 commentaires sur “Designers : mêlez-vous de ce qui ne vous regarde pas

  1. Mary, le jeudi 27 décembre 2012 à 09:41

    Bravo, très bel article sur notre métier de webdesigner ! Saisir l'essence de chaque projet, écouter, échanger en amont permet de faciliter la conduite du projet... Tout à fait d'accord sur l'importance de l'ergonomie qui doit primer sur design : du beau oui, mais du beau efficace, au service de l'internaute, pour une expérience utilisateur de qualité.

  2. Rémi, le jeudi 27 décembre 2012 à 12:07

    Merci et Bravo Mathieu :)
    Toujours un plaisir de te lire (et ton franc parlé). Effectivement il n'est pas toujours facile de se faire une place entre tous ces chefs de projets, commerciaux etc au moment d'établir la base du projet. Mais ça vaut le coup...
    Je me réjouis de voir à quelle vitesse tu évolues dans ce monde !

    Au plaisir :)

  3. tetue, le vendredi 28 décembre 2012 à 13:00

    Merci pour cet article, très juste, qui n'est pas sans rappeler la conférence de Mike Monteiro (auteur de l'excellent livre « Métier Web designer »), sur la responsabilité des webdesigners, à Paris Web cette année : http://www.paris-web.fr/2012/conferences/10-new-year-s-resolutions-designers.php

  4. Thomas, le vendredi 28 décembre 2012 à 15:28

    Mathieu,

    La démarche de vulgarisation, de conseil et d'accompagnement en amont de chaque projet est primordiale, mais pas toujours aussi évidente à mettre en application...

    Tu as de la chance de travailler dans une structure qui te laisse participer aux réunions "commerciales/financières", je ne connais pas beaucoup de boites qui laissent leur webdesigner écouter les histoires de sous...

    Ce genre de fonctionnement "organigramme à plat" est une bénédiction pour bénéficier de l'effet de synergie, et j'espère que tu nous reparlera des outils de com que tu es en train de mettre en place pour l'amélioration de la gestion de projet. Ce qui est normalement du rôle de l'assurance qualité, mais peut là encore se faire à chacun des maillons de la chaîne graphique / du projet :-)

  5. Frank Taillandier, le dimanche 30 décembre 2012 à 12:08

    Cet article aurait pu s'appeler "Designers, mélez vous de ce qui vous regarde". Car c'est bien de ça dont il est question ici, participer aux choix de conception en amont. L'intégrateur peut aussi avoir son mot à dire (voir la vidéo de Bertrand Keller si le sujet vous intéresse: https://vimeo.com/51941103)

    Je vois trop souvent autour de moi des clients, des responsables d'agence ou même des chefs de projets considérer les designers ou les développeurs comme de simples exécutants. C'est le monde à l'envers.

    Le pire c'est que ce sont les clients qui sont prêts à payer le moins, qui sont le plus exigeants.

    Si plus de professionnels expliquaient à ces gens que notre métier n'est pas de répondre à tous leurs désirs mais bel et bien de les accompagner et de leur proposer une démarche pertinente qui serve leurs intérêts, on en serait peut-être pas là.

    Et pour ceux qui ne veulent rien entendre, il reste toujours en ultime recours la possibilité de prendre la fuite (http://www.paris-web.fr/2012/conferences/de-lart-de-prendre-la-fuite.php).

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés manuellement. Merci de respecter l'auteur de l'article, les autres participants à la discussion, et la langue française. Vous pouvez suivre les réponses par flux RSS.