Une développeuse sourde

Si vous vous posez la question suivante : est-ce un article sur les tracas d’une sourde malheureuse dans sa vie ? Eh bien non ! Je vais vous raconter comment je gère ce handicap dans mon environnement IT. Tirez-en des apprentissages pour les prochains qui travailleront avec vous et sur l’accessibilité de vos projets.

Sachez qu’il s’agit de mon ressenti, il existe plusieurs types de personnes sourdes (je vulgarise beaucoup mais l’idée est là). Je vais alors vous faire part des expériences de mes précédents stages en informatique.

La surdité

Passage obligé pour ceux qui ne connaissent pas la surdité. En effet, nous pouvons croire qu’un handicap auditif n’impacte que les oreilles, qu’on entend juste moins bien. Figurez-vous que non.

Il existe des malentendants et des sourds, des appareillés et des non-appareillés. (Voilà pourquoi je vulgarisais avec le terme « type de sourd ».) Les sourds représentent 0,4 % de la population française et les malentendants 8,9 % en 2018 (d’après le site malentendant.org).

Qu’est-ce qu’un appareillé ? C’est une personne qui possède un appareil auditif qui lui permet d’entendre et écouter.

Malgré l’aide des appareils auditifs, la compréhension de la langue n’est pas parfaite. Les petits mots qui font la richesse de notre langue ne sont pas entendus et le cerveau va à l’essentiel. Ainsi, un sourd, une personne n’ayant jamais entendue ou ayant une déficience sévère (voire profonde) comprendra toujours quelques choses mais parfois de travers.

Je suis sourde profonde de niveau 3 et de naissance (je me crois toujours dans un jeu vidéo en disant ça). Je fais usage de l’implant cochléaire qui me permet notamment d’entendre à 30 décibels et de parler. Grâce à un travail de rééducation chez l’orthophoniste et un accompagnement avec le LPC, je peux parler comme un entendant.

Il existe plusieurs types d’appareils auditifs en fonction du besoin de la personne. Pour mon cas, j’utilise un implant cochléaire.

Illustration d'un implant cochléaire

En ce qui concerne le fonctionnement, je préfère vous laisser avec cette image ci-dessous qui explique, à mon goût, très bien le fonctionnement de l’implant cochléaire.

Nous avons le son qui passe dans l’appareil émetteur, le son est réceptionné grâce à un récepteur qui est dans la tête. Puis, des électrodes acheminent le son vers le nerf auditif.

Concernant le terme LPC énoncé un peu plus haut, il s’agit de la Langue Parlée Complétée. C’est un moyen de communication qui, grâce à un codeur (une personne), retranscrit au sourd ce que dit une autre personne. Il existe un autre moyen de communication et qui est le plus connu et répandu, c’est la Langue des Signes Française (LSF). Ce sont deux modes de communication différents.
J’utilise pour ma part le LPC, seulement dans le cadre familial. Je me repose maintenant beaucoup sur mes appareils.

J’ai essayé de résumer le plus possible ce qu’est la surdité mais c’est un sujet assez vaste et complexe.

Et l’informatique dans tout ça ?

Heureusement, dans le domaine de l’informatique, la majorité des informations se transmettent par un support visuel. Je ne suis donc pas tant impactée. Toutefois, même un développeur doit participer à toutes sortes de réunions et voire même participer à des conférences. C’est là que la surdité entre en scène.

En effet, dans ces cas-là, la majorité des informations qui circulent se font par voie orale. Je dois par exemple me concentrer pour ne pas louper des informations cruciales pour un projet.

Il y a également les espaces de travail en open-space, où parfois plusieurs collègues rigolent, ou bien une importante discussion a lieu. Un environnement très bruyant est très vite fatiguant pour un sourd. Il y a aussi certaines fréquences aiguës qui m’assomment car je suis sensible à ce genre de bruit.

Comment tu t’adaptes ?

« Ok, mais comment tu fais alors ? » En premier lieu, je n’hésite pas à informer les collègues et autres personnes que je suis sourde. Que j’ai besoin qu’on parle lentement et que l’endroit ne soit pas bruyant.

Lors des réunions, si je n’ai pas entendu une information je n’hésite pas à demander à répéter. Également, lorsque la réunion est terminée je demande un récapitulatif (écrit ou oral) des points essentiels de la réunion.

Je pourrais avoir l’aide d’une codeuse LPC mais cela est difficile et à l’heure actuelle où je rédige cet article, je suis au Pays-Bas pour un stage.

En effet, faire intervenir une codeuse ou un codeur dans ces moments demande un investissement. Une fois la réunion terminée, je retourne travailler et je retrouve alors toutes les informations écrites. Je ne requiert donc plus la présence d’une codeuse.

Concernant les open-spaces, à mon plus grand bonheur, grâce à mes appareils auditifs, j’ai la possibilité de revenir à mon état initial, c’est-à-dire, être complètement sourde. Je n’entends plus rien si j’éteins mon appareil. Je peux ainsi continuer à être concentrée sur mon travail.

Cependant, si une personne souhaite me parler lorsque j’ai mes appareils éteints il devra soit me toucher l’épaule, soit faire des signes afin que je rallume mon appareil pour pouvoir discuter. Ne soyez pas vexé si je vous mets des vents, il se peut que vous n’ayez simplement pas capté mon attention pour diverses raisons (comme le fait d’être concentrée par mon travail).

J’ai une sourde dans mon équipe

Comme je l’ai précédemment dit, il existe plusieurs types de personnes sourdes et donc les besoins varient selon la personne.

Si vous avez un sourd ou une sourde dans votre équipe, il est important de dialoguer avec cette personne afin de connaître quel environnement de travail est adapté. Par exemple, si cette personne ne parle pas, qu’elle n’est pas appareillée et qu’elle pratique seulement la langue des signes, je vous conseille de dialoguer par écrit ou bien d’apprendre la LSF si le cœur vous en dit.

Si vous avez un sourd capable de converser à l’oral et qui est appareillé (ce qui est mon cas), je vous conseille, lorsque vous dialoguez avec cette personne, de parler devant-elle, que vos lèvres soient visibles pour la lecture labiale et de parler plus lentement.

Il se peut qu’après un échange, la personne sourde ne vous comprenne pas, soit parce qu’elle ne vous a pas bien entendu ou encore ne vous a pas compris. Un environnement trop bruyant peut être la cause d’incompréhensions. Changez d’endroit si possible et entamez à nouveau votre échange.

Si l’endroit est calme et qu’elle ne vous pas comprise, il doit s’agir de la compréhension de la langue. Si vous essayez d’expliquer un processus, privilégiez un schéma par exemple. Essayez de simplifier votre communication.

À quoi bon avoir un handicap dans son équipe ?

Ne partez pas défaitiste ! Il peut y avoir du bon. En effet, imaginons, vous travaillez sur un jeu vidéo et vous le souhaitez accessible pour tous afin de toucher un large public. Vous pouvez demander à cette personne de tester le jeu afin de savoir s’il peut comprendre le scénario par exemple.

Ou bien, il peut vous suggérer d’améliorer cette partie en terme audio car le personnage ne parle pas assez fort ou bien trop vite.

Utilisez cette faiblesse comme une force !

Conclusion

J’ai travaillé dans plusieurs entreprises dans le cadre de mes stages et j’ai trouvé dommage que les personnes n’osent pas poser de question sur la surdité ou bien n’osent pas me demander des conseils sur leurs projets pour les rendre plus accessibles. Je peux comprendre que certaines aient peur de nous poser des questions, par crainte de nous heurter. Osez poser la question ! Vous pourriez améliorer le cadre de travail de la personne sourde, tout en apprenant d’avantages sur la surdité. Vous êtes tous les deux gagnants !

Quand une personne me pose des questions sur ma surdité, j’ai toujours été contente de partager mes expériences. Nous avons un handicap, certes, mais nous pouvons être utiles en partageant nos connaissances et ressentis pour l’accessibilité.

Ressources

2 commentaires sur cet article

  1. C

    Claude, le lundi 3 décembre 2018 à 10:01

    J’avais vu cette application il y a un certain temps : https://www.huffingtonpost.fr/2017/07/04/ava-lapplication-qui-vous-permettra-de-parler-avec-des-sourds_a_23008365/ Elle permet de retranscrire plusieurs conversations pendant une réunion. L’as-tu déjà essayé ?
    A une époque où tout le monde met le son à fond dans les transports et un environnement de plus en plus bruyant, cet article est indispensable pour les futures générations ;)

  2. M

    Marie Chiaverini, le lundi 3 décembre 2018 à 18:59

    C’est génial !! Je ne connaissais pas cette application ! Je vais l’essayé pendant mes réunions.
    Merci pour le partage Claude !!

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés manuellement. Merci de respecter : la personne qui a écrit l'article, les autres participant(e)s à la discussion, et la langue française. Vous pouvez suivre les réponses par flux RSS.