1, 2, 3, WCAG bougera, 4, 5, 6, en AG (argent) se transformera !

A11y pour AccessibilitY, logo fait avec une main dont l'index et le petit doigt sont levés, repris d'une image de Heydon Pickering

Alors, vous êtes au courant ?

WCAG (Web Content Accessibility Guidelines), la norme internationale d’accessibilité web, va évoluer tout début 2022. Cela devait déjà se produire fin 2021, mais bon, on connaît la WAI (Web Accessibility Initiative) du W3C (World Wide Web Consortium), le groupe de travail sur l’accessibilité Web et numérique…

On va donc en profiter de cet inattendu (enfin pas tant que ça !) répit pour faire un petit retour dans le temps !

Mais avant tout, si vous êtes une feignasse…

Juste un petit résumé, si vous êtes très pressé que vous ne voulez pas vivre plus doucement (juste pour me lire, au moins, ça serait charitable !). Surtout en ces temps de fêtes, où il fait froid dehors et que vous pourriez prendre un peu de temps au coin du feu pour lire, sachez que c’est pas bon votre stress je vous aurais prévenu…

Les recommandations d’accessibilité évoluent en 2022, mais là c’est facilement gérable sans trop de travail. Mais en 2023, elles vont faire un saut dans l’inconnu, mais un inconnu qui va pas mal chambouler nos petites habitudes d’accessibilité, alors participez y et un maître mot : ANTICIPEZ !

Une brève histoire de recommandations

5 mai 1999, WCAG 1.0 sort officiellement

Il est constitué de quatorze recommandations dont découlent soixante-cinq points de contrôle à respecter pour être conforme. Chacun de ces points de contrôle est décrit en détails, expliqué et agrémenté d’exemples. La philosophie de ce premier document est d’assurer une dégradation élégante (graceful degration) et rendre le contenu navigable et compréhensible.

11 décembre 2008, WCAG 2.0 arrive là-dessus

En fait, ce fut un long boulot de presque huit ans, pas moins de dix ; Working Drafts (brouillon de travail) et deux Last Calls (appel à commentaire final), oufff ! Mais l’évolution des technologies nécessitait cette franche avancée tout en restant une vraie suite à son prédécesseur. Cette fois, on part sur quatre principes contenant douze recommandations. Les quatre principes sont : Perceivable (perceptible), Operable (utilisable), Understandable (compréhensible) et Robust (robuste), abrégé POUR. Les recommandations contiennent des critères de succès, soixante et un au total, dont trente huit niveaux A et AA, répartis en deouze recommandations. Chaque critère de succès s’appuie sur des technics (techniques), non normatives, permettant la mise en œuvre en fonction de la technologie utilisée (ARIA pour Accessible Rich Internet Application, HTML, scripts côté client, CSS, techniques générales, scripts côté serveur, Silverlight, PDF, SMIL pour Synchronized Multimedia Integration Language, texte brut) et les échecs possibles.

L’idée sous-jacente était de faire des recommandations universelles applicables à pratiquement tout contenu numérique. Enfin, c’était l’idée mais y’avait des trous dans la raquette !

5 juin 2018, WCAG 2.1, c’est le dernier en cours

Fort heureusement rétro-compatible, WCAG 2.1 est une extension sans remplacer les WCAG 2.0. Cette avancée était, elle aussi, attendue du fait de l’évolution des technologies. Elle rajoute douze nouveaux critères de succès (pour un total de soixante dix-huit, dont cinquante niveaux A et AA), une recommandation et une évolution des technics, permettant notamment d’améliorer l’accessibilité pour les déficients cognitifs, les malvoyants et les utilisateurs d’appareils mobiles.

Et maintenant, sous vos yeux ébahis et bientôt chez vous, WCAG 2.2

Le dernier Working Draft (21 mai 2021) de WCAG 2.2 étend le WCAG 2.1 (comme le passage WCAG 2.0 vers WCAG 2.1) en reprenant, exactement et mot à mot, tous les critères WCAG 2.1. Mais, un niveau de critère est modifié : 2.4.7 Focus Visible passe du niveau AA au niveau A pour la conformité WCAG 2.2, tout en restant, rétro-compatible.

WCAG 2.2 fournit neuf nouveaux critères de succès pour un total de quatre-vingt sept, dont cinquante huit pour les niveaux A et AA), de nouvelles définitions associées à ces ajouts.

WCAG 2.2 est dans la même credo des WCAG 2.1 et cherche à améliorer l’accessibilité pour trois groupes : déficients cognitifs, malvoyants et utilisateurs sur appareils mobiles.

Ce que ça va changer pour les créateurs de contenu numérique et nos pratiques professionnelles

On ne va pas ici rentrer dans les détails des critères, mais plutôt sur leurs impacts, donc je vais me focaliser sur les critères de niveau A et AA et moins sur les AAA. Pour plus de détails, reportez-vous au Working Draft WCAG 2.2.

2.4.11 Apparence du focus (minimum) (niveau AA)

Rappel : le focus, c’est le fait de passer sur (sélectionner) un élément interactif d’une page (champs de formulaire, liens, boutons) par une navigation clavier (touche Tab. ou Alt + Tab.). Par anglicisme, on parle communément d’un élément focusable, qui peut recevoir le focus ; focusé, qui a (ou reçoit) le focus ; non-focusé qui n’a pas ou perdu le focus. On parle aussi de visibilité du focus, car par défaut le focus est matérialisé lors de la prise de focus (élément actuellement sélectionné à la navigation clavier) par la propriété outline des CSS mais peut être modifié à souhait par les développeurs.

Il permet, donc, de clarifier cette fameuse « visibilité » du focus, on sait à quoi s’en tenir maintenant, au moins il n’y aura plus d’interprétation :

  1. Contraste suffisant (au moins 3:1) lors de la comparaison des états focusés et non focusés.
  2. Avoir une taille minimale définie.
  3. Contraste suffisant avec ce qui lui est adjacent.
  4. Ne pas être complètement masqué.

Je crois que ce nouveau critère est une vraie avancée pour les utilisateurs de la navigation clavier, d’autant plus que le critère 2.4.7 Visibilité du Focus est passé en niveau A.

2.4.12 Apparence du focus (améliorée) (niveau AAA)

  1. Contraste suffisant (au moins 4,5:1) lors de la comparaison des états focusés et non focusés.
  2. La taille minimale doit être plus grande que précédemment.
  3. Ne doit pas être masqué du tout.

2.4.13 Navigation entre sauts de page (Niveau A)

En gros, pour du contenu découpé par page (livre, gros document…) la pagination doit être prévue et identique pour tous les moyens et dans tous les contextes de consultation. Ce critère va concerner, notamment, les éditeurs numériques (e-book) et permettre aux utilisateurs d’avoir une référence commune pour naviguer dans ce contenu (par exemple, en mettant en place un composant de pagination identique en version mobile, tablette et grand écran). Là, on a vraiment à faire à un nouveau critère spécifique.

2.5.7 Mouvements de glissement (dragging) (Niveau AA)

Où il est demandé de prévoir une vraie alternative au glissement. Bonne chose pour, en particulier, tous les utilisateurs de la navigation clavier et les personnes ayant des troubles de la motricité fine. Alors, pour des professionnels de l’a11y (accessibilité numérique), rien de vraiment nouveau ; j’ai toujours demandé des alternatives au glisser-déposer ou aux potentiomètres/sliders. Mais au moins, c’est clair, marqué noir sur blanc et c’est toujours mieux…

2.5.8 Taille cible (minimum) (Niveau AA)

Alors celui-là, on l’attendait depuis longtemps, surtout qu’il avait disparu du niveau AA lors du passage à la recommandation officielle des WCAG 2.1, et je m’en étais ému (je suis très émotif comme garçon !) car cela me semblait une belle avancée. Me voilà satisfait (et ça me rend tout joyeux), car ce critère va permettre de limiter les erreurs de clic qui sont une réelle plaie pour nombre d’utilisateurs, pensez aux outils d’eye-tracking (pilotage au regard) ou aux gros doigts boudinés dans un contexte mobile.

3.2.6 Aide cohérente (Niveau A)

Si une aide existe, elle doit être cohérente et avoir la même position (relative) dans l’interface pour qu’on la retrouve facilement. Bonne idée, mais on n’est pas obligé de mettre une aide et ça c’est bien dommage ! Ce critère était, en grande partie, inclus dans 3.2.2 Navigation Cohérente et 3.2.3 Identification Cohérente, non ?! Je crois que oui moi, mais au moins on ne dira pas qu’on savait pas !

3.2.7 Contrôles visibles (Niveau AA)

On veut être sûr que lorsque des contrôles ne sont visibles qu’au focus ou au survol, les informations pour identifier leurs disponibilités sont présentes visuellement. Cela va éviter de rechercher, parfois même ne pas accéder à des contrôles (sous-menu, indicateur de possibilité de modification d’une donnée) qui sont importants pour l’utilisateur. Très important pour tout un panel d’utilisateurs : déficiences visuelles, troubles cognitifs et déficiences motrices.

3.3.7 Authentification accessible (Niveau A)

Il faut une alternative à toute authentification basée sur un test cognitif ou une aide pour passer ce test. Là, on parle de questions de logique (quel est mon lien de parenté avec le fils de mon père ?), d’arithmétique (combien font 2 + 3 ?), vocabulaire (quel métier travaille l’acier ?), de connaissances générales (quelle est la date de la bataille de Marignan?)… C’est toujours mieux de l’écrire, encore une fois, mais les pro de l’a11y étaient déjà attentifs à ces cas, enfin j’espère ;) [clin d’œil] ! Important pour les déficiences cognitives globalement et en particulier troubles dys, de la mémoire, de l’attention.

3.3.8 Entrées redondantes (Niveau A)

Permettre de ne pas entrer plusieurs fois les mêmes données dans un formulaire à étapes lorsque c’est possible, en proposant un remplissage automatique ou un moyen de choisir les données déjà saisies. Bonne idée pour les déficients cognitifs et pour tous, en diminuant fortement la charge cognitive.

Conclusion partielle

Ces nouveaux critères WCAG 2.2 sont une vraie avancée en qualité de la réponse aux problématiques d’accessibilité numérique. De plus, la rétrocompatibilité facilite la montée de version en limitant le travail de modification de l’existant. Je ne peux, donc, que vous inciter à anticiper ce saut de version car le saut quantitatif et qualitatif pour les prescripteurs et concepteurs de contenu numérique n’est pas aussi important que ça. Et cela, surtout si l’accompagnement accessibilité a été fait par un vrai pro ; beaucoup des nouveaux critères étant implicites au regard des bonnes pratiques et des WCAG 2.1, ite, missa est (ainsi soit-il), c’est dit !

Et voici le futur de l’avenir : WCAG 3.0

Allez, réveil, c’est bientôt fini, promis !

N’aie pas peur, aie confiance (ça arrivera…)

On est sur un W3C First Public Working Draft (premier brouillon public dans le jargon du W3C) du 21 janvier 2021 et le dernier Working Draft WCAG 3.0 du 8 juin 2021, donc pas d’affolement, on a quelques années encore avant la version définitive (genre, au plus tôt 2023), donc, ça risque fort d’évoluer encore pas mal…

En tout cas, les objectifs sont connus et pas très nouveaux tout compte fait :

  • plus facile à comprendre ;
  • couvrir plus de besoins des utilisateurs, y compris des personnes ayant des troubles cognitifs (qui sont quand même de grands oubliés pour l’instant) ;
  • être flexible pour traiter différents types de contenu Web, d’applications, d’outils et d’organisations (le point le plus ambitieux, on dirait).

Déjà, pourquoi WCAG 3.0 ?

Ben, vous allez me dire, c’est la suite logique de ce que tu viens de nous raconter, t’es con ?!

Alors oui, je suis UN PEU con, mais non, en fait.

WCAG 3.0, c’est pour W3C Accessibility Guidelines 3.0. W3C, qui peu aussi s’abréger WC (oui, je sais, c’était pas forcément une bonne idée) et Accessibility Guidelines, qui a une abréviation charmante, AG, donc, les anglo-saxons parlent aussi de projet Silver car Ag dans le tableau périodique des éléments chimiques, c’est le nom de l’argent. La matière, hein pas le pognon, les gars et filles, suivez un peu, sinon on va pas s’en sortir… Donc, une bonne blague de nerds, du pur ésotérisme, mon dieu, j’en ris encore, sont impayables au W3C. Je vous raconte ça aussi parce que ces nouvelles recommandations vont fusionner en un seul document de référence : UAAG (User Agent Accessibility Guidelines, les recommandations d’accessibilité pour les agents utilisateurs, entre autre les navigateurs, ATAG (Tools Accessibility Guidelines, les recommandations d’accessibilité pour les outils de rédaction de contenu) et WCAG. Ambitieux, non ?

De quoi on parle…

Les rédacteurs notent également que WCAG 3.0 est le successeur et remplace des WCAG 2.2 et les versions précédentes, « mais ne désapprouve pas ces versions ».

C’est bien un nouvel ensemble alternatif de directives :

Une fois que ces directives deviendront une recommandation du W3C, le W3C conseillera aux développeurs, aux créateurs de contenu et aux décideurs d’utiliser WCAG 3.0 afin de maximiser l’applicabilité future des efforts d’accessibilité. Cependant, le contenu conforme aux versions antérieures des WCAG continue de se conformer à ces versions

Le brouillon des WCAG 3.0 indique, également, un nouveau modèle de notation global à trois niveaux : Bronze, Argent et Or.

Cela signifie que les sites conformes AA ou AAA avec WCAG 2.1 ou WCAG 2.2 devraient aider à assurer la conformité avec WCAG 3.0, mais devraient améliorer un certain nombre de points pour prétendre à une conformité WCAG 3.0. Comme le notent les auteurs :

Le contenu conforme aux WCAG 2.2 A et AA devrait atteindre la plupart des niveaux de conformité minimum de cette nouvelle norme, mais, étant donné que les WCAG 3.0 incluent des tests supplémentaires et différents mécanismes de notation, des travaux supplémentaires seront nécessaires pour atteindre une conformité totale.

Une nouvelle structure pour ces recommandations existera :

  • Guidelines (recommandations) : solutions aux problèmes d’accessibilité.
  • Pour chaque Guideline, des Outcomes (conséquences) qui sont le résultat souhaité de la réduction du problème d’accessibilité. C’est ce que vous testez ou appliquez.
  • Et pour chaque Outcome des Methods (Méthodes) : méthodes et tests détaillés pour évaluer le résultat atteint pour l’Outcome donné.

Chaque Outcome sera noté de 0 à 4 en fonction de l’Outcome et de la Method (spécifique de la technologie utilisée).

Et enfin, trois niveau de conformité globale Or, Argent et Bronze. Cette nouvelle façon d’évaluer la conformité permet de s’assurer d’une prise en compte minimale par type de déficience (functional categories), tout en évitant les erreurs critiques (critical errors) et demanderons des tests holistiques (holistic tests), en fait des tests avec aides techniques en condition réelle, pour les deux plus hauts niveaux, Or et Argent.

Voilà pour l’essentiel mais c’est déjà énorme !

Conclusion

Vous pouvez participer aux WCAG 3.0 en commentant le brouillon de travail sur Github, n’hésitez pas car il faut des retours afin d’améliorer les futures recommandations.

L’accessibilité numérique évolue pour mieux résoudre les problèmes et abaisser les barrières pour les personnes en situation de handicap tout en suivant l’évolution des technologies. Et WCAG 3.0 ne dérogera pas à cette règle et même va profondément changer notre métier que l’on soit expert ou juste que l’on « subisse » la mise en accessibilité mais pour le bien des utilisateurs et là est l’important.

Mon conseil ultime sera d’anticiper ces évolutions car elles vous impacteront et que la loi les intégrera rapidement elle aussi.

En gros, ne vous endormez pas sur vos lauriers mais bougez-vous pour toujours mieux servir vos utilisateurs et assurer l’accessibilité aux personnes en situation de handicap car c’est un droit humain !

3 commentaires sur cet article

  1. Vincent Aniort, le lundi 13 décembre 2021 à 09:09

    tenez, un article pour aller plus loin sur une éventuelle date de publi de WCAG 3.0 et les problème de non-rétrocompatibilité de cette future version : https://yatil.net/blog/wcag-3-is-not-ready-yet

  2. Lamotte, le mardi 14 décembre 2021 à 22:52

    Merci pour ce compte rendu !

  3. Damien, le mercredi 15 décembre 2021 à 15:03

    Bonjour Vincent,

    Concernant le point « 3.3.8 Entrées redondantes (Niveau A) », est ce qu’on peut se fier à la valorisation automatique par le navigateur ou est ce qu’il faudrait la désactiver et implémenter une solution sur mesure?

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés manuellement. Merci de respecter : la personne qui a écrit l'article, les autres participant(e)s à la discussion, et la langue française. Vous pouvez suivre les réponses par flux RSS.