Podcaster ou comment devenir acteur de ses inspirations design.

S’inspirer différemment

En agence, il est parfois difficile de prendre le temps de faire de la veille, d’aller s’inspirer ailleurs. Projets qui s’enchaînent ou deadline compliquée, la priorité est souvent donnée à « la prod ». Mais quand les mains sont prisent à réaliser des interfaces, les oreilles elles, restent disponibles pour explorer d’autres contenus. Ce fût notre porte d’entrée dans l’univers riche et éclectique du podcast audio (coucou The Walking Web).

Rapidement, nous avons eu l’envie de passer de consommateur à acteur de ce média, de partir à la rencontre de professionnels inspirants dans le domaine du design. Pour être honnêtes, c’était surtout une excellente excuse pour oser. Oser prendre contact avec ces professionnels pour échanger avec eux, bénéficier de leurs expériences et de leurs conseils dans un cadre intime et privilégié, là où nous n’avions pas toujours l’audace ou la chance de le faire.

Le déclic est venu aussi de la belle communauté Rennaises de podcasteurs. Des gens passionnés (Carte Blanche), passionnants (Ludologie) et tournés vers le partage (Podrennes). Un élan dans lequel nous avons voulu nous inscrire à l’époque avec Florentin Jakupi – (❤︎ avec les doigts). Participer à ces divers projets nous a motivé à nous lancer dans l’aventure.

Pour enfoncer le clou, le podcast est aujourd’hui devenu un média populaire, amateur mais riche d’expérimentations variées. Une audience existe, les outils sont accessibles. Les grands groupes d’ailleurs ne s’y trompent pas, puisque ces derniers mois ont vu l’émergence (ou la récupération diront certains) d’une forme de professionnalisation ou tout du moins d’intérêt par les professionnels. Il suffit pour ça de voir les chiffres de croissance du podcast en France, les nouveaux événements comme le Paris Podcast Festival ou l’annonce d’un « Netflix du podcast » (mot compte triple) par Mathieu Gallet.

En bref, les planètes étaient alignées pour nous motiver à nous lancer.

🎧 Bonus audio #1 : Le podcast comme outil de veille

Transcription texte du bonus audio #1

— Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans les bonus de notre article sur le site 24 jours de web. On va revenir avec Damien sur quelques petits éléments qui parsèment cet article pour les creuser un petit peu. Et le premier d’entre eux, ça va être la veille et le podcast. Quelles relations il peut y avoir entre les deux et comment nous, quelque part, on se sert ou pas du format, du média podcast pour tout simplement faire de la veille et s’inspirer. C’est vrai que pour commencer, moi j’écoute beaucoup de podcasts à titre individuel. Sans dire que du coup j’écoutais du podcast pour faire de la veille professionnelle, de la veille en design, c’est clairement quand même une pratique qui m’inspire énormément. Je pense notamment au podcast de Studio 404 ou au podcast d’Usbek & Rica, qui sont du coup sur des thématiques techniques, qui explorent les usages des mondes de demain, et notamment des usages numériques. Évidemment, ça m’inspire parce qu’on va y parler intelligence artificielle, Web, applications, expérience utilisateur, villes connectées, etc. J’ai quand même un peu ce rapport là d’écouter des podcasts et de nourrir ma veille grâce à cela. Et notamment en étant au travail, on en parle un tout petit peu au début de l’article, je n’ai aucun problème à écouter des podcasts en travaillant quand ce sont des taches qui sont relativement simples d’accès, comme des taches de production d’interface où l’on va vraiment décliner des écrans, quelque chose comme ça. Là je peux vraiment me mettre un petit podcast sur les oreilles et du coup être un petit peu multitache, c’est à dire écouter le podcast et réaliser les interfaces quand ça ne demande pas beaucoup de réflexion. Donc voilà un peu mon usage. C’est vrai que moi c’est vraiment comme ça que je suis rentré dans l’univers du podcast. Je ne sais pas si toi Damien tu as une expérience par rapport à ça ou pas.

— De mon côté, pour tout ce qui concerne le podcast, contrairement à toi, j’étais très peu consommateur de la chose. À moins vraiment de tomber sur un podcast qui mettais le doigt sur un sujet que je voulais creuser. Et bien souvent, c’était rarement en rapport avec le boulot, c’était plutôt en dehors du travail. Ceci dit, c’est vrai que d’avoir fait ce format podcast, Salut les Designers, m’a donné plus l’appétit de la chose. Du coup, je me prends à vachement plus fouiner sur Spotify, sur Soundcloud, des podcasts qui pourraient m’intéresser sur divers sujets. Clairement, ça m’a amené à devenir consommateur de ce format. Ce que je voyais vraiment dans ce projet, c’était le côté effectivement veille et rencontre. J’ai une façon de faire de la veille qui est assez particulière dans le sens où en tant que designer je ne vais pas forcément construire ma veille autour du visionnage de plein de sites, tendances graphiques, etc. À tort ou à raison, je ne sais pas. Mais plus en me tournant le plus possible vers des designers, des développeurs, des discussions que je vais avoir avec eux qui vont plutôt m’orienter sur la façon dont je conçois des méthodes de travail, des tendances qui peuvent être intéressantes, qui sont en fait assez peu visuelles, ce qui peut paraître un peu paradoxal par rapport au métier qu’on fait. Mais du coup, c’est vrai que le format podcast et en plus le format interview collent pas mal à la façon dont j’imagine faire de la veille. Ça j’ai trouvé ça assez intéressant.

— Ok. Ben oué c’est vrai que c’est intéressant. Et on voit que du coup, finalement, cette dynamique là du podcast et de la veille, on l’a un peu abordé de deux manières. Soit en écoutant des podcasts éloignés de nous, soit par le fait de justement faire du podcast et du coup ça nous a un petit peu obligé entre guillemets d’aller rencontrer des gens. Et c’est comme ça qu’on a fait une veille un peu nouvelle. Voilà, c’est la fin de ce premier petit bonus sur le sujet du podcast et de la veille.

Une première discussion volée qui donne des idées

Ça n’était pas prémédité, pourtant, une rencontre lors du WAQ 2017 s’est révélée être le déclencheur du format Salut Les Designers.

Nous y avions rencontré vraiment beaucoup de gens chouettes et inspirants et nous voulions simplement alors tester une prise de notes différente et plus ludique pour nous. Nous avons donc troqué le carnet qui traîne habituellement au fond de notre sac contre un enregistrement audio sur un smartphone. C’est ainsi qu’un échange avec Nicolas Baldovini de LG2 est devenu notre première réelle captation.

À notre retour en France, nous avions alors à disposition un contenu dans lequel il était facile d’aller re-piocher. Facilement partageable avec nos collègues, il reprenait la totalité de l’entretien. Sans filtre.

Nous écoutons, l’interview. La ré-écoutons. La qualité sonore est potable, le contenu chouette. Nous décidons alors de réfléchir à comment partager cela en dehors de l’agence. Le podcast est rapidement devenu une évidence.

Deux mois plus tard, nous nous rendons aux FLUPA UX DAYS 2017 avec dans nos bagages le matériel du podcast Tournée Générale. Nous profitons de notre venue pour réaliser deux nouvelles interviews de designers, Cynthia Savard Saucier et Carine Lallemand. Elles deviennent les deux premières interviews officielles de Salut Les Designers.

Nous essuyons évidemment quelques plâtres, mais globalement le résultat nous apparaît vraiment intéressant sur le fond comme sur la forme. Pour ne rien gâcher, c’est assez amusant et stimulant à pratiquer. Non peu fiers d’avoir pu échanger avec ces deux références du design francophone, nous repartons de l’évènement avec de jolis contenus dans notre musette. Nous remercions d’ailleurs encore grandement Cynthia et Carine pour leur disponibilité et la qualité de nos échanges ce jour là.

L’une de nos première interviews avec Cynthia Savard lors des FLUPA UX Days 2017.

Une forme adaptable pour être à l’aise

Notre podcast devait répondre à deux besoins : être simple à réaliser et permettre à la personne interviewée de nous parler d’elle et de son métier facilement. Notre format se base donc sur une trame simple (nom de code : « ta vie ton œuvre ») et adaptable. Surtout, nous la souhaitons suffisamment ouverte afin que la personne puisse digresser sur son parcours à loisir.

Évidemment, ces questions sont chaque fois soumisent à notre invité·e de façon à le ou la mettre en confort lors de l’exercice auquel souvent peu d’entre eux sont rompues. Nous sommes attachés à ce que le plaisir soit partagé pendant tout ce moment un peu particulier.

La durée du podcast est également une question récurrente. Globalement même si il se démocratise, le grand public ne semble pas vouloir passer 3h d’écoute sur un épisode. Les moment dédiés à ça étants souvent des moments courts, de transition, (dans les transports par exemple). L’idéal est que la durée s’adapte au contexte d’écoute. De notre côté, nous avons décidé d’essayer de nous tenir à 45 minutes d’émission pour rester digestes, mais aussi ne pas prendre trop de temps aux personnes interviewées. (Il faut compter une bonne heure au global entre la mise en place et l’enregistrement.)

🎧 Bonus audio #2 : La ligne éditoriale de Salut les Designers !

Transcription texte du bonus audio #2

La transcription texte n’est pas encore disponible pour cet extrait. Vous pouvez aider ? Participez à la transcription dans ce Framapad collaboratif !

Penser un podcast accessible

Très clairement, c’est Marie Guillaumet, avec qui nous avons eu la chance de collaborer sur UX Rennes, qui nous a amené, malgré elle, à retranscrire intégralement nos émissions. Nous l’avions vu réaliser ce genre de travail sur plusieurs UX Deiz et c’est là que nous avons pris conscience de l’importance de la chose. La nature même du format podcast rendant inaccessible son contenu à un certain nombre de personnes, comme les malentendants. (Tiens, le 3 décembre, Marie Chiaverini nous parlait de ce contenu web souvent visuel qui lui va bien). Il fallait imaginer une alternative .

Au delà de l’accessibilité, ce travail de transcription s’avère intéressant. Ré-écouter, c’est mémoriser, intégrer voir re-découvrir ce qui s’est dit. C’est d’ailleurs à cela que nous consacrons une grande partie du temps de la préparation d’un épisode. Néanmoins, ça en vaut la peine.

Coté outils, là c’est clairement la guerre. Après avoir tenté de faire tout à la main (ne nous mentons pas, c’est l’enfer), après avoir tenté d’autres solutions plus exotiques (voir bonus audio), nous avons fouillé le web jusqu’à trouver satisfaction avec authot.com un site Français dédié à la transcription automatique. Selon la qualité de l’enregistrement, authot réalise une transcription plutôt bonne et propose quelques outils facilitant la navigation entre l’audio et le texte pour les corrections.

Transition toute trouvée pour vous parler d’un détail qui peut être très important : le contexte sonore de votre enregistrement. Il faut essayer autant que possible d’enregistrer dans un contexte calme. C’est bête à dire, mais vous gagnerez en confort d’écoute et en facilité de transcription. À noter d’ailleurs que cette année, Blend Web Mix envisageait de mettre à disposition des podcasteurs un espace dédié. C’est une bonne idée, foncez donc chère team Blend.

🎧 Bonus audio #3 : La transcription

Transcription texte du bonus audio #3

La transcription texte n’est pas encore disponible pour cet extrait. Vous pouvez aider ? Participez à la transcription dans ce Framapad collaboratif !

Et la technique dans tout ça ?

Parlons un peu matériels et applications pour tout·es ceux et celles qui veulent se lancer dans l’aventure.

Comme dans beaucoup d’autres projets, n’attendez pas d’être ultra équipé pour commencer (le fameux syndrome du beau carnet que l’on n’ose pas noircir).

Notre premier entretien a été réalisé avec le dictaphone d’un smartphone. Et ça marche très bien ! Pour commencer, c’est facile à manipuler, la qualité est suffisante et vous l’avez toujours sous la main. Par la suite, nous avons opté pour un Zoom H2n, abordable niveau prix et permettant une captation à 360°.

Une fois l’entretien réalisé, un peu de montage peut être nécessaire. Audacity fait très bien l’affaire et gratuitement. Actuellement, nous montons sur Garage Band. Comme nous n’avons pas les compétences, nous ne réalisons pas vraiment de mixage son. De même, une musique libre de droit constitue pour le moment notre générique en attendant mieux. Pourquoi pas tester Jukedeck que nous avait conseillé Tony Aubé lors de son interview (#teasing) ?

Pour la diffusion, il existe aujourd’hui une myriade de services. SoundCloud reste la norme (rapidement payant) mais d’autres services comme hearthis.at ou Podcloud existent. Là dessus, si vous avez des recommandations à partager en commentaires, n’hésitez pas ! Depuis peu, il est par contre très simple (et gratuit !) d’inscrire le flux RSS de son podcast sur iTunes et Spotify pour permettre à votre audience de vous suivre via son service préféré, et ça c’est chouette.

Salut les Designers ! est un podcast amateur, nous n’avons pas la prétention d’être techniquement au point mais il prouve qu’il est possible de rapidement faire des choses sans se brider techniquement.

🎧 Bonus audio #4 : La peur de faire

Transcription texte du bonus audio #4

La transcription texte n’est pas encore disponible pour cet extrait. Vous pouvez aider ? Participez à la transcription dans ce Framapad collaboratif !

Tony Aubé qui a participé à l’un de nos podcasts de 2018, à paraître prochainement.

Une expérience intimiste

Aujourd’hui les moyens de s’exprimer, de partager un savoir sont légions. Blog perso, articles Medium, compte Twitter ou Dribbble, vidéo, il y a l’embarras du choix. Mais le podcast audio y apporte une subtilité intéressante et bienvenue : l’intimité d’un échange.

Être ainsi aux premières loges, avoir au creux de l’oreille une discussion, en faire presque partie est un plaisir certain. Que soit en tant que « poditeur » ou « podcasteur », il se dégage de l’écoute de ce média un petit truc en plus. C’est comme être dans une bulle, dédiée à recueillir les confidences d’un autre, en apprendre un peu plus sur lui ou elle et par extension sur son univers.

Ce que nous aimons aussi dans Salut les Designers c’est ça, donner la parole à d’autre. L’idée n’étant (vraiment) pas de nous mettre en avant mais de faire découvrir.

Nous avons la grande liberté au sein de notre agence, LunaWeb, de pouvoir cultiver certains projets plus personnels (merci à Nicolas Le Cam pour cela). Des projets qui, bien sûr, participent à la communication de l’agence mais mettent aussi en avant des valeurs plus personnelles. Rencontre, écoute, partage et un peu plus d’humanité s’invitent dans notre univers numérique. Cela peut paraître un peu bisounours mais c’est vraiment ce qui nous a conduit à créer Salut les Designers.

La peur de mal faire aurait pu nous bloquer dès le début de ce projet, mais par chance nous n’en avions pas grand chose à faire. Expérimenter en permanence, bricoler souvent, se gameler parfois nous stimule, ne nous en cachons pas. Rien n’est parfait et sûrement pas ce podcast qui n‘en est qu’à ses balbutiements. C’est bien là que réside tout le pétillant de la chose.

Nous espérons en tout cas que Salut les Designers saura vous intéresser et pourquoi pas même vous inspirer et qu’il vous donnera (soyons fous) l’envie de vous aussi partager votre univers.

Que vous ayez envie de faire un podcast, une chaîne vidéo, chanter, monter un spectacle scénique ou n’importe quoi d’autre et bien… allez-y !

D’ailleurs si vous avez déjà des expérimentations en cours à partager, partagez-les nous dans les commentaires.

Nous vous souhaitons de bonnes écoutes !

Quelques podcasts pour aller plus loin :

  • La liste de podcasts UX du site UX Beginnner
  • La French Touch : Interviews de professionnels du produit et du design français
  • Les voix du Design Thinking : Interviews de professionnels du design nous éclairant sur les techniques et conseils à mettre en pratique
  • Studio 404 : Un chronique mensuelle, prospective et détendue de la société numérique de demain
  • Sillage : Des parcours inspirants sous forme de retours d’expériences
  • hackstock : Un podcast dédié à la culture du hack sous toute ses formes
  • Les podcasts d’Usbek & Rica : Les émissions du génial magazine qui explore le monde de demain

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés manuellement. Merci de respecter : la personne qui a écrit l'article, les autres participant(e)s à la discussion, et la langue française. Vous pouvez suivre les réponses par flux RSS.